Elecson Paris : Tél. 01 43 40 34 84
Elecson Vannes : Tél. 02 97 54 96 32

PS Audio DirectStream Dac Junior silver Zoom

PS Audio Direct Stream Dac Junior

Soyez le premier à commenter ce produit

Un convertisseur DAC de grande classe basé sur la même architecture que le DAC élu « appareil de l’année » par le magazine Stereophile and Absolute Sound, à savoir le Direct Stream. Celui-ci met en œuvre une conversion artisanale et à composants discrets, et la recherche de perfection donne enfin accès à ces informations manquantes qui étaient restées masquées depuis toutes ces années sur les divers supports audionumériques.

Prix public : 4 500 €
QR Code QR:  PS Audio Direct Stream Dac Junior
PS AUDIO

Nos auditoriums

Informations Elecson Vannes

Informations Elecson Paris

Elecson sur Facebook
 
 
Forum de discussion

Forum elecson
petites annonces

Description du produit

Informations complémentaires

En écoute chez Elecson Paris (Tél. 01 43 40 34 84)
Finitions Noir, Silver
Marque PS AUDIO
Détails techniques

Caractéristiques
Masse : 8,1 kg.
Dimensions (cm) : 36 x 43 x 6,98.
Masse (emballé) : 12,25 kg.
Dimensions (avec emballage) : 52 x 61 x 25 cm.
Alimentation : modèles spécifiques en 100 V et 120V alternatif ou 230 V, en 50 ou 60 Hz.
Consommation : 30 W.
Entrées audio numériques: I2S, coaxiales, symétriques XLR, TOSLINK, USB, Ethernet.

Taux d’échantillonnage:
-En I2S, S/PDIF et USB – de 44,1kHz à 352,8kHz 16bit, 24bit, DSD64, DSD 128.
-En TOSLINK – de 44,1kHz à 96kHz 16bit, 24bit.

Sorties audio analogiques: 2 x RCA/XLR (asymétriques / symétriques).
Niveau de sortie (bas) : 1,41Vrms (+5dBV) / 3,15.
Niveau de sortie (bas) : 2,81Vrms (+8dBV) / 5,3Vrms (+12dBV).
Impédance de sortie : 100Ohm/200Ohm.
Réponse en fréquence : de 20Hz à 20KHz +/–0,25dB.
Taux distorsion de THD+N : <0,03% (à 1KHz).
Etage de sortie : actif à courant élevé, avec amplis analogiques à haute vitesse produisant du DSD en double taux.
Format : PCM ou DSD
Taux d’échantillonnage (en PCM) : 44,1kHz, 48,0kHz, 88,2kHz, 96,0kHz, 176,4kHz, 192,0kHz, 352,8kHz.
Longueur de mot (en PCM) : 16b, 18b, 20b, 24b.
Taux de transfert de données (en DSD) : standard (2,8MHz) ou en double taux (5,6MHz) DoP sur toutes les entrées et pur DSD sur les entrées I2S.
Réduction de jitter en entrée : proche de 100%, avec résidu non mesurable. Pas de PLL (phase-locked loop) en entrée, ni de FLL (frequency-locked loop ).
Traitement de signal en entrée : 170MHz.
Fréquence de traitement de signal : 50MHz.
Taux de suréchantillonnage synchrone (sur toutes les entrées) : 28,224MHz.
Rapport signal/bruit du traitement numérique des signaux : >146dB.
Commande numérique de volume : sans perte de précision.
Mode de conversion analogique : Delta Sigma (DSD) single-bit en double taux.
Format : PCM ou DSD. DoP sur toutes les entrées et raw DSD sur les entrées I2S.
Connecteur : USB type B.
Format : PCM ou DSD. DoP v1.1 (PCM convertis en DSD).
Mode de transfert : asynchrone.

Informations complémentaires

Détails

Un convertisseur DAC de grande classe basé sur la même architecture que le DAC élu « appareil de l’année » par le magazine Stereophile and Absolute Sound, à savoir le Direct Stream. Celui-ci met en œuvre une conversion artisanale et à composants discrets, et la recherche de perfection donne enfin accès à ces informations manquantes qui étaient restées masquées depuis toutes ces années sur les divers supports audionumériques.

Du pur DSD bien conçu:
Les CD, téléchargements et supports qui sont basés sur le mode PCM ou DSD en haute résolution sont suréchantillonnés par le DAC Direct Stream Junior jusqu’à dix fois le taux d’échantillonnage du DSD afin d’être directement transmis sous forme analogique et pure vers votre amplificateur ou préamplificateur. Les DAC classiques basés sur le mode PCM, c’est-à-dire la plupart des DAC actuels prévus pour traiter aussi le mode DSD, ont tendance à masquer les détails musicaux les plus subtils inscrits au plus profond des signaux musicaux numériques ; un problème inhérent à leur architecture. Le Direct Stream Junior traite quant à lui ce problème par le moyen d’une approche en pur DSD single bit, pour le mode PCM comme pour le DSD. Ce qui signifie que sur la totalité de votre collection d’enregistrements, il devient dès lors possible de révéler la totalité de la musique et des signaux de bas niveau inscrits au plus profond des signaux – et ce à un tarif bien plus doux que celui de son prédécesseur, le DAC Direct Stream. Imaginez que vous vous rendiez dans un studio d’enregistrement et que vous puissiez y écouter la bande master de tous les enregistrements qui ont existé. Voilà ce à quoi permet d’accéder le Direct Stream Junior pour ceux qui l’ont choisi. Ils goûteront ainsi à de nouveaux plaisirs musicaux et à une sorte de redécouverte, lorsqu’ils réécouteront leurs divers enregistrements, qu’il s’agisse de CD, de téléchargements ou de fichiers DSD.

Le Direct Stream représente le sommet de la quête de perfection de tout mélomane, associé aux recherches et développements d’une société elle aussi dévolue à ce même objectif. Le designer en chef Ted Smith a œuvré plus de sept ans à la conception de ce qui est devenu l’un des convertisseurs D/A les plus encensés de tous ceux en vente sur le marché à ce jour.

Cela dit, le Direct Stream ne convient pas à tous les budgets et, à la suite de sa mise sur le marché, un effort important a été accompli pour explorer les moyens de mettre au point une version à plus faible coût de cet appareil, s’appuyant sur la même architecture FPGA (Field Programmable Gate Array).

Les premières étapes du processus de conception du Junior ont consisté à réduire les coûts de fabrication du châssis PerfectWave du Direct Stream. Celui-ci est constitué de l’association de pièces réalisées par moulage, par extrusion ou usinées, et de panneaux découpés au laser, tout cela bénéficiant d’une finition avec peinture à la main et polissage de type laqué piano sur la surface supérieure de l’appareil. Si l’on rajoute un écran sensitif à toutes les pièces usinées de son châssis, les tout premiers choix de conception à réévaluer par le bureau d’études devenaient relativement clairs.

L’écran sensitif du Direct Stream a donc été remplacé par un affichage OLED moins onéreux et une commande de volume à retour d’information tactile. En lieu et place d’un assemblage de plusieurs pièces, le châssis du Junior est en aluminium extrudé, dont l’assemblage est bien moins complexe. De même, en lieu et place de la surface supérieure en HDF peint et poli à la main du Direct Stream, le modèle Junior propose un superbe plexiglas noir luisant qui offre un aspect quasi identique à celui du Direct Stream, monté sur un cadre métallique.

Nos principales spécifications de conception consistaient à réutiliser sur le Junior le même dispositif « moteur » que sur le Direct Stream. Le Direct Stream et le modèle Junior sont donc tous les deux basés sur le même FPGA (Field Programmable Gate Array) Spartan 6 et sur le même système d’exploitation mis au point et affiné durant de longues années par Ted Smith, notre concepteur. Les deux appareils diffèrent pour ce qui touche aux circuits imprimés, à l’alimentation et aux étages de sortie. Le Direct Stream utilise de nombreuses cartes à circuits imprimés, des cartes d’alimentation séparées pour les circuits numériques, analogiques et le Bridge, alors que le Junior réunit tout cela sur un circuit imprimé unique. Le Direct Stream est équipé de plusieurs transformateurs d’alimentation et de plusieurs régulateurs, tandis que le Junior ne dispose que d’un seul transformateur mais, en revanche, du même nombre de régulateurs de tension. L’étage de sortie du Direct Stream utilise des amplificateurs vidéo analogiques à vitesse élevée et à forte capacité en courant alimentant un transformateur audio de sortie sur mesure, tandis que le Junior est équipé d’amplificateurs identiques à filtrage passif alimentant en direct la sortie, sans faire appel à un transformateur audio de sortie.

Deux années de travaux avec l’équipe de conception de PS Audio, des centaines d’heures passées en local d’écoute par le concepteur Ted Smith, Paul McGowan (directeur de PS Audio) et Arnie Nudell (fondateur de la société Infinity Speakers), à quoi s’ajoutent bien plus d’heures encore passées à affiner, ajuster et améliorer, ont conduit au Direct Stream Junior, et celui-ci est parvenu à dépasser nos plus grandes espérances. Actuellement, le Direct Stream Junior est en effet l’un des meilleurs appareils audio au monde. Et du fait qu’il dispose d’un Bridge II intégré et qu’il est bien plus abordable que son prédécesseur le Direct Stream est source de fierté pour toute l’équipe qui l’a mis au point.

Fabriqué aux USA:
Le Direct Stream Junior est fabriqué à la main aux USA. Les fabricants locaux utilisent des machines sophistiquées pour la fabrication des cartes à circuits imprimés, puis implanter et tester les cartes multicouches dont est doté le Direct Stream Junior. Et la fabrication d’un appareil aussi élégant et d’un prix aussi étudié mobilise un nombre conséquent de sociétés et de savoir faire. Depuis l’usage de technologies high tech à rayons X pour disposer les circuits intégrés FPGA sur la carte, jusqu’aux machines robotisées qui implantent les composants à la place prévue, les circuits du Direct Stream Junior sont fabriqués, testés puis livrés à notre usine de Boulder dans le Colorado par des vendeurs américains sélectionnés. Le châssis du Direct Stream est une véritable sculpture de métal, le meilleur de tous ceux que nous avons jamais fabriqués. Alliance d’aluminium et d’acier, les 10 kilos du Direct Stream sont un vrai concentré d’élégance et de beauté. L’on retrouve dans chacun des appareils PerfectWave une part de la fierté de sa fabrication artisanale, celle qui vous apparaît lorsque vous déballez votre appareil pour le brancher. C’est un appareil magnifique, et ça n’est que le début de la découverte, car il vous offrira la sonorité la plus belle naturelle de tous ceux que vous avez jamais eu la chance de posséder.

Le début d’une guerre de 30 ans:
En 1981, la reproduction musicale s’effectuait exclusivement par le moyen de platines disques en mode analogique et de platines à bande ou à cassettes d’une dynamique limitée. Et malgré la qualité musicale tout à fait raisonnable que fournissaient ces appareils, le monde de l’audio souhaitait en avoir un peu plus, à savoir : une dynamique plus élevée, un niveau de bruit réduit et une réponse en fréquence plus étendue. Il n’est donc pas surprenant qu’en 1982, lorsque Sony et Philips ont annoncé qu’ils avaient obtenu le « Son le Plus Parfait qui soit » (Perfect Sound Forever), les audiophiles du monde entier se sont tous attendus à ce que leurs espoirs nés avec la musique analogique soient enfin atteints. Hélas, ces premiers CD sonnaient de façon bien moins musicale que les supports analogiques et, dans certains cas, ils étaient même bien pires. Le lancement du Compact Disc basé sur le PCM a alors initié une guerre de 30 ans chez les audiophiles, chassant du marché le format analogique, masquant durant des dizaines d’années les subtilités des signaux musicaux et bousculant aussi de fond en comble le marché de l’audio et celui des enregistrements de musique – et pas forcément de la façon la plus souhaitable. Il devait y avoir une meilleure façon de remplir les promesses issues d’un siècle de domination de l’analogique pour ce qui est de sonner de façon musicale, mais le PCM n’était manifestement pas la solution. Car la bonne réponse à toutes ces attentes est le DSD.

Fondamentalement meilleur:
Les résultats médiocres obtenus avec les premiers CD auraient aussi bien pu ne pas être un vrai problème si seulement Sony et Philips avaient pu attendre encore une dizaine d’années et abandonner le mode PCM au profit du PDM (DSD). Le cœur du problème est le processus de décodage PCM par lui-même : qu’il s’agisse d’un DAC d’une gamme standard ou de ceux plus évolués de type multi-bit Delta Sigma, la plupart des processeurs conçus pour lire le mode PCM masquent certaines des subtilités du message musical. Par chance, ces détails de la musique ont été enregistrés de façon plus fidèle qu’on peut le penser ; il n’empêche que ce masquage des détails nous a suivis depuis plus de trente ans. Par chance, ces informations manquantes sont malgré tout gravées dans le message musical et restent accessibles dans nos banques d’enregistrements, n’attendant plus que d’être révélées au grand jour. Et afin d’extraire tout ce qui est resté caché au cœur de ces enregistrements réalisés en PCM, il était nécessaire de recourir à un tout nouveau processus de traitement.

Le pur DSD est la bonne réponse:
Si l’on envoie un signal DSD dans le Direct Stream Junior, on obtient du DSD. Si l’on envoie dans le Direct Stream Junior un signal PCM (mode selon lequel ont été enregistrés les CD), on obtient aussi du DSD. Le Direct Stream Junior convertit en effet toutes les entrées numériques, y compris le PCM, en pur DSD 1-bit, par un moyen d’une élégance simplicité. Lors de ce traitement, le flux PCM devient plus linéaire et moins abrupt, et des détails du signal musical que l’on avait jamais perçus jusqu’alors peuvent enfin être extraits des enregistrements audio numériques. Des millions de CD et de téléchargements musicaux en haute résolution de par le monde vont y gagner une nouvelle vie, et seront ainsi préservés de toute obsolescence.

Un format bien meilleur:
Le DSD est un format single-bit à taux élevé de suréchantillonnage alors que le PCM est un format multi-bit d’un taux plus faible. Le taux de suréchantillonnage étant 64 fois plus élevé que celui utilisé pour générer les CD, la sortie d’un flux DSD peut donc être transmise via un simple filtre pour produire un pur signal analogique apte à alimenter directement votre système audio. A l’opposé, si le PCM est capable de produire la musique avec une belle sonorité, il nécessite pour ce faire la présence d’un processus de conversion très complexe et d’un haut niveau technique, avant de pouvoir produire quelque chose que l’on puisse lire sur un système audio. Parfois, la voie le plus simple s’avère aussi la plus efficace. Le mode DSD est un processus d’encodage et décodage qui sonne de façon bien plus analogique que le mode PCM classique. En réalité, la plupart des convertisseurs A/D les plus évolués (ceux utilisés pour les enregistrements) sont déjà du type Delta Sigma, et cette tendance est en pleine expansion. Durant des années encore, il existera dans nos bibliothèques musicales des millions d’enregistrements basés sur le PCM mais, grâce à l’introduction du Direct Stream Junior, il n’est plus nécessaire de les lire via un dispositif basé sur le mode PCM.

Convertir le PCM en DSD:
Convertir le PCM en DSD peut se réaliser très simplement grâce à certains programmes informatiques. Mais convertir le PCM en DSD de façon adéquate, de telle façon que l’on fasse ressortir les détails manquants d’un signal musical, c’est une autre paire de manches sur le plan technique. Afin de réaliser correctement cette conversion, le Direct Stream Junior se sert de filtres FIR 66-bit à point fixe, éliminant ainsi les limites habituelles au mode PCM et rendant plus linéaire la réponse dans la gamme des 20 à 100KHz, utilisant des paramètres optimisés sur la qualité sonore la meilleure possible plutôt que sur la vitesse de traitement la plus élevée, et optimisant des opérations spécifiques au hardware, mais irréalisables par une simple programmation. A l’opposé des autres processeurs disponibles à ce jour, le Direct Stream Junior normalise à un DSD 10 x toutes les entrées (qu’elles soient PCM ou DSD) puis exploite un dispositif central en véritable single-bit à double taux. Comparés à des convertisseurs Sigma Delta standard multi bit et à divers convertisseurs multi-bit d’un plus faible niveau de qualité, les dispositifs en DSD véritable présentent des avantages en termes de simplicité, de linéarité et de caractéristiques de surcharge similaires à celles de l’analogique, ce qui évite la tendance à une saturation et à un écrêtage brutal (hard clipping), ainsi que la propension typique du PCM à masquer les détails les plus subtils de la musique.

Conversion D/A en pur DSD 100% single bit:
De nos jours, la plupart des DAC sophistiqués sont basés sur des circuits intégrés équipés de processeurs standards du marché et avec une architecture multi bit Sigma Delta. Et même si ceux-ci sont relativement faciles à concevoir et à fabriquer, ils ne donnent pas les meilleurs résultats sur le plan sonore. Du fait même que ce sont des systèmes à un seul processeur, des compromis ont été faits sur leur architecture, ce qui n’est pas le cas de l’architecture sur mesure du Direct Stream Junior. En effet, le Direct Stream Junior peut traiter tant le PCM que le DSD, suréchantillonne les données pour les convertir en single bit, puis fournit en sortie un signal musical pur, quel que soit le format des données d’entrée. Et ce que l’on obtient par ce moyen s’entend, à savoir : une augmentation de la quantité d’informations musicales disponibles à l’oreille, dans tous les cas de figure.

Etage de sortie passif ou actif:
La plupart des DAC actuels utilisent un type ou un autre d’étage à tube actif ou à transistors pour amplifier, filtrer et gérer le signal de sortie du DAC. Le Direct Stream Junior use d’une toute autre approche ; le filtrage passif à haute vitesse avec mémoire tampon analogique à courant élevé. Par cette formule, l’une des plus simples, élégantes et pertinentes sur le plan musical pour réaliser un étage de sortie, des amplificateurs vidéo de classe A à haute vitesse sont utilisés pour assurer la commutation finale sur la sortie single bit double DSD du Direct Stream Junior. Et lors de l’écoute du Direct Stream, vous ne serez donc jamais perturbés par une brillance ou des artefacts agressifs s’ajoutant à la musique, comme cela se produit souvent avec les concepts utilisant des amplis opérationnels. Au lieu de cela, c’est un pur flux musical que délivre en direct le Direct Stream Junior vers votre amplificateur ou préamplificateur.

Commande de volume et de balance d’une résolution parfaite:
Notre concepteur Ted Smith a mis au point une commande de volume et de balance d’une parfaite résolution 100% BitPerfect intégrée au Direct Stream Junior, permettant à l’utilisateur de régler le niveau de sortie alimentant directement un amplificateur de puissance ou un préamplificateur. Le fait que la commande de volume soit totalement BitPerfect signifie qu’il n’y a pas la moindre perte de résolution, quel que soit le réglage de volume, un dispositif unique parmi les DAC actuellement disponibles sur le marché. La possibilité d’éliminer du système le préamplificateur sans la moindre perte de résolution constitue à ce titre un avantage significatif pour les performances musicales du Direct Stream Junior.

Un circuit simple et direct des signaux musicaux, avec une seule horloge maître:
La plupart des DAC de haut de gamme utilisent plus d’une seule horloge. Ils ont souvent des horloges séparées pour l’USB, l’audio et les autres fonctions, et la synchronisation de ces différentes horloges pose des problèmes aux concepteurs. Le Direct Stream a contourné ce problème en basant toute son architecture sur une seule horloge maître d’un très haut niveau de qualité. On s’est servi d’une horloge à faible bruit de phase et à faible jitter, spécialement conçue par Crystek pour le Direct Stream Junior. Cette approche de haut de gamme permet d’éliminer tout besoin de synchronisation, de réduire le jitter et de délivrer un signal musical d’une pureté exceptionnelle.

Immunité élevée vis-à-vis du jitter provenant des sources:
Les sources ont toujours eu une influence significative sur la qualité sonore des DACs. Les transports CD, les ordinateurs et les câbles ont tous une forte influence sur les performances d’un DAC typique. Ce problème a été réduit dans des proportions significatives sur le Direct Stream Junior. Et maintenant, pour la toute première fois sans doute, vous pouvez utiliser la sortie numérique d’un lecteur CD ou DVD de bas de gamme à 30 euros, le connecter sur le Direct Stream Junior et disposer malgré tout d’une qualité de son impensable, issue d’une source aussi médiocre. Les performances atteintes ne dépendent plus de la qualité des sources ni des connexions ou tout au moins, pas autant qu’elles n’en dépendaient par le passé. Bien entendu, le choix des câbles et des sources pourra encore faire la différence mais, grâce au Direct Stream Junior, cette différence se trouve réduite dans des proportions considérables.

USB asynchrone à haute vitesse et accès au réseau:
Le Direct Stream Junior est compatible avec un ordinateur ou un réseau domestique. Si l’on souhaite se connecter au réseau, le Direct Stream Junior est vendu équipé avec notre toute dernière carte réseau Bridge II. Il est donc très facile de le connecter au réseau NAS ou à un ordinateur puis de gérer la musique à partir d’un iPad, d’un iPhone ou d’un appareil Android. Il est aussi possible de se connecter directement en USB à un ordinateur. Une liaison USB correcte peut offrir tous les avantages et la qualité sonore d’un transport CD dédié ou du Network Bridge. Le Direct Stream Junior dispose d’un circuit totalement asynchrone 24 bit 192kHz pour l’audio en mode USB, compatible jusqu’au 32 bit 192kHz, en DSD simple ou double taux. Et si l’on utilise un câble USB de bonne qualité entre le Direct Stream Junior et un ordinateur, par exemple un Mac Mini, on dispose alors d’un serveur media que l’on peut gérer par toutes sortes d’appareils portables tels qu’un iPad, iPhone ou appareil Android utilisant un programme de contrôle non propriétaire. On peut alors gérer facilement la musique via iTunes, Bit Perfect, Pure Music ou Ammara.

Inversion de polarité:
Un dispositif pratique du Direct Stream Junior est la possibilité de contrôler la polarité (phase). Cette option commandée à distance permet à l’utilisateur de sélectionner sur chaque entrée et enregistrement la phase normale ou inverse. Ni les sources ni la musique ne disposent d’une norme de polarité absolue, ce qu’il est facile de mettre en évidence en changeant de polarité durant la lecture de musique. La plupart des audiophiles mentionnent sur chacun de leurs enregistrements quelle est sa polarité et font très attention à sélectionner celle qui convient avant de lire un disque. Certains lecteurs de CD ou autres sources inversent aussi la polarité, de sorte que sur un disque dont vous pensez la polarité inversée, celle-ci peut être correcte sur un lecteur, mais inversée sur un autre. Pour résoudre ce souci, il est possible d’assigner à chaque entrée du Direct Stream Junior un basculement sur la polarité qui convient, lorsque l’on met cette entrée en service via le menu de fonctions. La mise en service de cette commande revient au même que d’inverser la polarité des connexions des haut-parleurs (passer du + au –) du côté de l’amplificateur ou des enceintes. Toute la musique acoustique live est en polarité absolue, mais sur certains enregistrements, il est possible que la polarité ait été inversée de façon accidentelle ; la musique sonnera alors bien plus réaliste et naturelle si vous corrigez la phase via ce commutateur.

Lecture directe via un amplificateur de puissance ou un préamplificateur:
Le Direct Stream Junior offre la possibilité d’alimenter en direct votre amplificateur de puissance ou votre préamplificateur sur leurs sorties symétriques ou asymétriques. Le réglage adéquat du gain peut être sélectionné sur le menu du Direct Stream Junior, afin de s’adapter au mieux à la sensibilité de l’amplificateur ou à celle des enceintes. Si l’on fait transiter le signal audio par un préamplificateur, il suffit de régler le Direct Stream Junior à son niveau maximal (ou à un autre niveau, selon besoin), afin de s’adapter au gain du préamplificateur. La commande de volume exclusive à perte nulle du Direct Stream Junior garantit des performances bit perfect à résolution maximale à tous les volumes, depuis le volume le plus faible jusqu’au maximum.

Ecoutez avec vos CD plus de musique que vous l’imaginiez possible:
Le Direct Stream Junior convertit tous les signaux en DSD, y compris le PCM, avant de délivrer le signal vers votre système. Cette approche, s’ajoutant à une conception soignée, à un faible taux de jitter et à des circuits de signaux simples et directs, a l’avantage de faire apparaître des détails restés cachés dans la musique, dont vous n’aviez encore jamais pris conscience. Les CD fournissent désormais des détails subtils impossibles à percevoir avec votre ancien DAC, des détails dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. Les CD sonnent désormais bien plus comme de l’audio en haute résolution, assurant ainsi le lien entre un PCM de résolution plus élevée et les copies DSD. Vous n’aurez plus besoin de remplacer votre discothèque, dès lors que vous pouvez enfin entendre tout ce qui est réellement gravé sur vos disques, et vous n’avez plus du tout besoin de passer à une résolution plus élevée. C’est aussi simple et aussi significatif que ça.

Commentaires

Rédigez votre propre commentaire

Vous commentez : PS Audio Direct Stream Dac Junior